Feu de paille

Publié le par Ecriveuse

Ton regard me poursuit, plonge dans le mien,

Reflet brun d’un horizon tellement loin,

Evoquant une promesse de douceur,

Dans un simple sourire tendre un peu rêveur…

 

Illusion sans doute de mes sens rouillés,

Paradoxe de mon refus de charmer,

En étant séduite malgré toi mon cher,

Alors même que tu ne veux pas me plaire…

 

J’aime cet état un peu secondaire

Qui me renvoie à certaines chimères,

Celles d’un temps passé en quête d’un Double,

Hypothétique absolu, plaisir du trouble…

 

Si tu voulais savoir ce que je ne t’ai pas dit…

Voilà quelques mots, quelques couplets écrits…

Tu n’es pas responsable conscient de ça,

Je suis seule face à cet état, à moi…

 

Je n’y veux rien changer, juste en profiter,

Le temps qu’il durera, sans en rajouter…

Feu de paille qui s’épuisera sûrement,

Laissant sous les cendres la tendresse pourtant…

Publié dans Bribes en vers

Commenter cet article

ecriveuse 17/12/2008 18:52

Andrem, l'intérêt d'un texte c'est que le lecteur peur aussi en changer la donne :)

hicham, ma mélancolie fait partie de moi, quoique souvent je m'en défende...

hicham 17/12/2008 10:35

Expression de ta douce mélancolie qui, hier déjà, ne me laissait jamais insensible...

andrem 15/12/2008 21:49

C'est étrange. Je voulais lire en dernier vers autre vers que ce vers ci.
*
Je voulais lire : "laissant sous les cendres un souvenir charmant". Rien à faire, ton poème, je ne peux que le finir ainsi, sans tendresse. Il doit me manquer une case.

Et puis d'abord, hein, quelle idée de lire plus vite que tu n'écris? Un coup à se casser la gueule et le bras.

ecriveuse 13/12/2008 12:26

Bisous tout pareil ptit prince :)

LuLu :-) 13/12/2008 10:51

Heu.... non rien :-)

Bisous.... tendresse :-*