Divorce. Vorce.

Publié le par Ecriveuse

C’est curieux comme les choses changent, ou évoluent…

Je me souviens quand j’étais môme (oui, c’était hier), le divorce apparaissait comme une problématique, une tare presque. Pas tellement pour les parents, finalement. Enfin, étant gamine moi-même, j’avais l’impression qu’injustement, c’était les enfants de divorcés qui étaient montrés du doigt.

Personnellement, je n’ai pas eu à pâtir de la séparation de mes parents par rapport au regard des autres. J’étais ado quand ça s’est produit, et j’avais bien d’autres préoccupations à l’époque… Même si j’avoue que, mauvaise fille que j’étais, je me suis servie du divorce pour justifier que je ne travaillais plus correctement à l’école. C’était une excuse de ma part, parce que je trouvais bien plus sympa d’aller avec mes amis que de rester à la maison à bosser…

Bref.

L’autre soir, à table, avec ma moitié de pomme, nous parlions de divorce en général. Notamment de ceux de nos connaissances qui se séparaient de leur conjoint. Dans le feu de la conversation, j’entends que ma fille me demande quelque chose mais c’est un peu distraitement que je lui réponds. A côté évidemment.

« Mais non Juju, nous n’allons pas divorcer.
- C’était pas ce que je disais… Mais maman, il ne faut pas être mariés pour pouvoir divorcer ?
- En plus oui. Il faut être mariés pour divorcer. Et nous, on n’est pas mariés.
- Donc vous ne pourrez jamais divorcer ? insista-t-elle.
- Tant qu’on ne se marie pas, confirma son père, non, on ne peut pas divorcer. »

Arrivée à ce stade de la discussion, j’ai eu l’impression de jouer sur les mots. Or, les enfants prenant tout au sens premier du terme, je me suis sentie comme pour le Père Noël, en porte à faux… N’étant pas sûre que laisser croire à mes monstres qu’un couple soit la chose la plus fiable du monde, je nuançai donc un peu.

« On ne peut pas divorcer, non, mais on peut se séparer… Cela dit, ma chérie, ne t’inquiète pas, hein, on s’aime avec papa, et nous n’avons pas l’intention de nous séparer.
- Bon, alors ça va, rétorqua Juju en finissant son assiette.
- Tu as un souci, doudou ? Tu as peur que ça nous arrive à nous ?
- Non papa, je n’ai pas de souci… C’est juste que…
- Que quoi ?
- Ben… Si vous divorcez, ça voudrait dire deux écoles… Et deux fois plus de devoirs… », acheva-t-elle tranquillement.

Une fois de plus, je ne l’avais pas vue venir celle-là…

Finalement, j’aurais peut-être dû laisser entendre que tant qu’il n’y a pas mariage, il y a stabilité… Histoire qu’elle n’imagine pas qu’elle pourrait avoir un jour deux fois plus de devoirs… D’autant qu’en plus, je ne sais toujours pas quelle était sa question initiale…

Publié dans Mots d'enfants

Commenter cet article

ecriveuse 15/02/2008 10:26

jean marcel, oui, hein. Ils sont doués les mômes. Je trouve dommage qu'ils ne gardent pas cette spontanéité ^^

Kronsilds, je risquerais même le centre d'effacement sommaire... :p

al, rhooooooooo c'est mimi :)

al maury 14/02/2008 17:57

A la St Valentin :0091: et des :0010: d'Alain :0118:

Kronsilds 14/02/2008 17:19

Hey, tu habites où ! Tu fais quoi le weekend prochain ? :D
(Note que je ne te demande pas une invitation, je ne voudrais pas qu'on t'envoi au centre de recyclage pour félonie)

jean marcel 14/02/2008 17:08

Oh! logique implacable de l'enfance !

ecriveuse 14/02/2008 16:50

Kronsilds ah un bon vieux kamoulox :))

Pour devenir citoyen du complexe alpha, il faut être invité, et être majeur. En fait, l'idéal, c'est de connaître IRL une personne qui en fait partie ;)