Virtuel, entre danger et exutoire?

Publié le par Ecriveuse

(c'est de la faute à Quichottine si je vous parle de ça...)

Le net comme la vie, réserve des surprises de taille. Mais finalement n’est-ce pas normal si l’on considère que derrière chaque clavier, chaque écran, chaque connexion, se trouve un être de chair et de sang ?


Autrefois, nos amis, nos proches, l’étaient d’abord grâce à la proximité géographique. On ne parlait pas aux inconnus, parfois même pas aux ‘étrangers’, c’est à dire à ceux qui n’étaient pas du village/quartier.

Puis le téléphone a donné lieu à une première entr’ouverture, suivi, dans les années 80 par le minitel pour aboutir, en fin de compte, à ce lieu magique et dangereux qu’est le net.

Je n’ai plus vraiment l’âge de craindre les mauvaises rencontres internetesques. A la limite, je crois que la vie de tous les jours est bien plus susceptible de me poser problème, si j’en crois les médias qui ne cessent de nous engluer avec la hausse de la délinquance (rassurez-vous, non, je ne crois pas à ce ramassis de pseudo-journalistes, qui ne sont en fait que des journaleux à la solde d’une propagande de masse)(pas tous, si je me réfère à ceux du Canard Enchaîné, ou à d’autres de la même veine)(mais reconnaissez qu’ils se font rare les journalistes, au profit des journaleux qui ne sont pas meilleurs que les paparazzis)(encore que les paparazzis, au moins, annoncent la couleur…)(bref). Je disais donc que j’ai plus de ‘chance’(manière de parler) de faire une mauvaise rencontre dehors que derrière mon écran…

Le net m’a apporté une foule de choses.

Au début, les chats (prononcer avec un t devant, sinon ça devient bizarre comme sens…), il y a eu de réels échanges, entre ésotérisme, vie de tous les jours, politique, petits soucis et grands tracas, ou tout simplement joie et partage. Et j’y ai croisé des gens formidables (les autres, je ne m’en souviens plus…) équipés d’un cerveau en état de fonctionnement et même, qui s’en servaient. Parfois même pour remettre un peu mon Ego démesuré en place.

Par la suite, sur un site de forum que je ne citerai pas mais qui commence par ‘P’ et finit par ‘arano.be’ (voir dans mes liens), j’ai (re)découvert un monde. Celui dans lequel j’évolue, ni plus, ni moins. Parce qu’aujourd’hui, je crois qu’on ne peut plus séparer le ‘virtuel’ du réel. Evidemment, on trouvera toujours, et peut-être de plus en plus, des âmes en peine, pour reprendre l’expression de Quichottine, voire même des êtres qui, pour exister, s’inventent une vie, qu’elle soit merveilleuse ou triste à pleurer, tout, pourvu que ce ne soit pas leur réalité. Comment leur jeter la pierre ? Je ne m’en sens pas le droit.

Moi, à la manière de Jacques Brel dans sa chanson ‘les Bourgeois’, je ‘joue’ à être Moi. Je ne sais pas faire autrement. Même si je me méfie de Moi. Du coup, je crois que l’on attire à soi ceux qui ont un même mode de fonctionnement, et du coup, même dans la virtualité, nous restons dans la réalité. Je sais qu’il y a beaucoup d’internautes avec qui j’aimerais échanger autour d’un café, mais que je n’aurai pas l’occasion d’en rencontrer le quart de la moitié. Ce qui ne m’empêche pas de les estimer infiniment.

Le virtuel n’est qu’une des pistes actuelles de la réalité. Rien de plus mais rien de moins. Avec une capacité extraordinaire : celle de pouvoir couper court, sans remord…

Et finalement, donner ou non son prénom, ses coordonnées, n’est pas mieux ou moins bien que de les donner à un inconnu croisé dans une soirée… Le tout est, comme toujours, d’assumer ce que l’on fait.

Publié dans humeur

Commenter cet article

clovis simard 06/03/2011 12:38


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-9; VIRTUEL !

THÉORÈME PUISSANCES VIRTUELLES.

JÉSUS ET LA SAMARITAINE ?


Cordialement

Clovis Simard


ecriveuse 22/01/2008 19:19

Erf, c'était moi au-dessus ^^ (je deviens schizophrène avec mes deux pseudos ^^)

Garcitude 22/01/2008 19:14

Robert, d'où le titre: entre danger et exutoire ^^

Pour avoir été un an environ accro des chats (il y a une dizaine d'années), je comprends bien le danger d'autismisation que représente le virtuel... Maintenant, à chacun aussi de se prendre en charge ;)

Robert 22/01/2008 17:59

J'adhère à certains de tes arguments en faveur du net, mais permets-moi quelques réserves :

Tu dis :"...autrefois nos amis, nos proches l'étaient grâce à la proximité géographique. On ne parlait pas aux inconnus"
Oui, il faut parler aux inconnus, mais ne crois-tu pas qu'à l'inverse tout ce temps passé avec eux,s'il l'est exagérément, ampute celui autrefois consacré à parler à nos proches ?

Je connais des familles dont chaque membre possède un ordinateur grâce auquel il chatche longuement (trop longuement) avec ses amis et, de ce fait, très peu avec sa propre famille.

Je suis moi-même un usager (raisonnable)et, comme toi-même, je ne me sens pas le droit de jeter la pierre à ceux "qui pour exister s'inventent une vie". Mais je les crois en grave danger.
J'ai écrit une chanson humoristique sur ce thème dont je ne te livre que la fin, pour faire court :

ELLE CHATCHE AVEC LES ZOULOUS,
LES ESQUIMAUX ET LES PAPOUS,
MAIS ELLE N'A JAMAIS SALUE
SON PROPRE VOISIN DE PALIER
QUI LUI-MEME NE COURT LES FILLES
QU'A TORONTO OU A MANILLE;
C'EST AINSI QU'ILS SE SONT MANQUES
ET QU'ILS CONTINUENT A CLIQUER;
Refrain :
CLIQUER SUR LA SOURIS
DE LEUR ORDINATEUR
ET LE CIEL N'EST PLUS GRIS,
LE GRIS EST DANS LEUR COEUR.

hicham 22/01/2008 12:18

Si le hasard existait, il serait stupide de chercher un sens aux rencontres par exemple.
Sommes-nous d'accord?

Si la réponse est affirmative, çà sous-entend que si le hasard n'existe pas, alors le fait rencontrer quelqu'un (juste çà, sans plus) signifie déjà quelque chose. Quoi?

Cà me fait drôle de t'écrire avec ta photo sous mes yeux...